Branle-moi

Quand elle était grossière, cela le rendait fou.
Elle sortit ses seins du haut de son corset.
— Mords-les, dit-elle. Mords-les fort. Je veux les sentir toute la soirée.
Un moment plus tard, elle se détacha de lui. Elle avança jusqu'au lit où elle s'allongea sur le dos. Au bas de son corset, le petit duvet blond brillait d'humidité.
Elle allongea les jambes et les souleva en l'air, s'ouvrant à lui. Il la contempla un moment puis s'abattit sur son corps.
Elle saisit son pénis dans ses mains et le poussa en elle avec avidité. Les talons de ses souliers arrachèrent la peau du dos de Felix sans qu'il s'en souciât.
— Regarde-moi, dit-elle. Regarde-moi !
Il la contempla avec admiration.
Une expression de panique se peignit sur son visage.
— Regarde-moi, j'y suis, reprit-elle.
Alors les yeux toujours fixés sur les siens, elle ouvrit la bouche et poussa un grand cri.

Ken Follett, L'homme de Saint-Pétersbourg.

Mes trajets dans le métro sont longs, et tant mieux. Et zut. Ça devient chaud.

5 envolée(s) lyrique(s):

Comme une image a dit…

Pas tellement convaincu par cet extrait !

In Virgo Veritas a dit…

Comme une image >
Et que faudrait-il pour te convaincre ?
Je suis toute ouïe !

Philo a dit…

J'ai cru que tu avais soudain une grosse ... envie ! :D
Dommage qu'il ne s'agisse pas de toi car je commençais à me faire à l'idée que tu puisses t'exprimer ainsi ...
Baisers.

In Virgo Veritas a dit…

Philo >
De vous à moi, il y a quand même un lien ;)

Philo a dit…

De vous ou plutôt de toi à moi, quel lien peut-il y avoir ?...
Aurais-je oublié de te détacher ? :)

Enregistrer un commentaire

Dites moi tout !

Copyright © 2011 - ... - est propulsé par Blogger et aménagé par In Virgo Veritas
Smashing Magazine - Design Disease - Blog and Web - Dilectio Blogger Template